Midi Libre est à nouveau la cible des attaques de l’extrême-droite

Dans son édition électronique du 24 octobre (voir en ligne ici) Midi Libre, par la voix du directeur de la rédaction, revient sur les nombreuses attaques ( sur le net et les réseaux sociaux ) dont certains de ses journalistes ont été la cible, cela depuis l’interview d’un ancien militant de l’extrême droite identitaire. Ci-dessous, la réaction de la GA34, l’article de Midi Libre sur les attaques subies par ses journalistes ainsi qu’un communiqué national de la Gauche Anticapitaliste à propos de la montée du racisme et des provocations de l’extrême-droite, .







La crise entraine la montée du racisme  : racisme
anti-roms, islamophobie, mais aussi antisémitisme comme l’a montre l’affaire
twitter. Dans ce contexte, le FN est à l’offensive et l’ultra-droite (les « identitaires »)  se sent autorisée à aller encore plus
loin : installation d’un climat de violence à Sumène dans le Gard (voir
ici), occupation et dégradation d’une mosquée en construction à Poitiers, intimidation
via les réseaux sociaux et attaques nominatives contre les journalistes de Midi Libre
qui lui déplaisent.

Ces attaques des
« identitaires » contre Midi Libre ont commencé avec la publication
 de l’interview d’un de leurs anciens militants, très critique sur son
engagement passé. Voir ici et ici.

Le site internet du quotidien régional est un des enjeux. En effet, chaque
article mis en ligne, pour peu qu’il s’y prêtait,
de prêt ou de loin (fait divers…), donnait lieu à une avalanche de commentaires
racistes et odieux. Loin d’être le reflet des préjugés et du racisme latent
(hélas bien existant aussi) d’une partie des lecteurs, cette profusion de
« réactions » était en réalité orchestrée par un petit groupe de
militants d’extrême droite, comme l’a expliqué l’ancien militant dans
l’interview.  

On peut regretter que
Midi Libre n’aie pas réagi plus tôt, en regardant les IP (qui permettent de vérifier que
derrière plusieurs pseudos se cache une seule personne), ou en établissant une
modération des commentaires beaucoup plus rigoureuse. 

Cependant depuis quelques
semaines, la rédaction de ML a décidé d’agir frontalement, notamment en
publiant cet interview. Elle est depuis violemment attaquée sur le net.

 L’ultra-droite s’en prend ainsi, par l’intimidation, à la liberté d’expression et à la liberté d’informer. 

Face à celle-ci, nous assurons les journalistes de ML de notre entière solidarité

David Hermet, Gauche Anticapitaliste 34


NB : En Grèce, un groupuscule aussi marginal que les identitaires aujourd’hui, « l’Aube dorée », a profité de la crise pour réaliser une percée électorale. Fort de celle-ci, il est passé de la violence verbale à la violence physique. voir ici


__________________________________________________________________________________________________________________________________

L’ARTICLE DE MIDI LIBRE

Extrême-droite
: Fdesouche ou l’étrange sens des valeurs

Philippe Palat, directeur de la rédaction de Midi Libre

Cette démonstration
a, à l’évidence, déplu à Fdesouche. En l’espace de quelques heures, un flot
d’injures aussi gratuites les unes que les autres
s’est non seulement
abattu sur notre site mais a également pris à partie, via les réseaux sociaux,
notre collaboratrice. Cette tentative de discrédit est aussi
inacceptable qu’indigne
.

Dans le cadre de
son enquête, notre journaliste a ainsi pu démontrer que Fdesouche, site qui prône,
souvent à l’emporte-pièce, le « made in France », était hébergé à
l’étranger
, qu’il avait maille à partir avec la justice, qu’il était
rayé du classement Wikio des blogs politiques, qu’il trichait sur la
comptabilisation
des « likes » Facebook, qu’il s’auto-alimentait
pour s’auto-satisfaire
et que son action ne reposait, finalement, que sur
une petite et triste poignée de thuriféraires acquises à une cause idéologique
aussi dangereuse et que conspirationniste.

Professionnelle
de l’information, notre journaliste a sollicité à plusieurs reprises la réaction
de Fdesouche. En vain. Fdesouche est resté volontairement silencieux, préférant
régler ses comptes à distance sur son propre site.

C’est son droit,
mais le tout manque de courage, voire de panache.

Mais ce n’est
pas tout. Cherchant délibérément l’amalgame afin de salir la rédaction
de Midi Libre, le site Fdesouche a publié des commentaires concernant nommément
la direction de la rédaction de Midi Libre. Parmi eux, un post de « Riri22 »
doté d’un lien renvoyant sur un article de Libération indiquant qu’elle « trempe
dans pas mal d’affaires louches ».

Abjecte et
volontairement destructrice
, cette attaque infamante
est dénuée de sens car la direction de la rédaction de Midi Libre est
totalement étrangère aux agissements de la personne citée (homonymie). Ce qui démontre,
une fois encore, le caractère approximatif, amateur et belliqueux du
site Fdesouche incapable d’assurer la modération des commentaires.

Il est probable que
cette mise au point fasse l’objet de nouvelles attaques de Fdesouche. Elles
seront, comme l’est Fdesouche, dépourvu du sens des valeurs.
 


Communiqué national de la Gauche Anticapitaliste à propos de la remontée du racisme et des provocations de l’extrême droite (occupation d’une mosquée à Poitiers..) 

vrai_francais.jpg

Face au niveau d’alerte, combattre le racisme.

publié le 22/10/2012

Les signaux d’alerte sont désormais nombreux : la crise accentue les divisions entre les groupes sociaux, entre les individus, et les classes dominantes en font leur miel, pointant les cibles, alimentant un racisme latent.


Après les menées de Valls contre les Roms et le scandale de l’incendie à Marseille, les derniers jours ont été marqués par deux nouveaux épisodes qui témoignent de ce climat, l’envahissement du chantier d’une future mosquée à Poitiers par des militants d’extrême droite et la mise en examen du sociologue et militant S.Bouamama ainsi que du chanteur Saïdou du groupe ZEP pour racisme anti-Français.


L’action menée à Poitiers est la traduction en actes du venin distillé par une partie du monde politique et les médias au service des classes dominantes, en termes de stigmatisation des musulmans.


En ce qui concerne la mise en examen de Said Bouamama et de Saïdou, un nouveau cap risque d’être franchi, l’entrée dans la jurisprudence du racisme anti-Français/anti-blancs, c’est-à-dire de la grille de lecture de l’extrême droite reprise avec enthousiasme par les dirigeants de l’UMP.

La GA condamne cette mise en examen et affirme sa solidarité à Said Bouamama et Saïdou face à ces poursuites.
Ce racisme latent, ce climat doivent être combattus.

Contre les divisions, il faut préserver et reconstruire les solidarités, et établir enfin l’égalité des droits, à commencer par le droit de vote qu’Hollande s’est engagé à accorder aux résidents étrangers. Il serait indigne de renoncer !


La Gauche Anticapitaliste, membre du Front de Gauche, défend le principe d’une campagne large pour le droit de vote des résidents étrangers, pour réaffirmer la solidarité et l’égalité contre le racisme ».


Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page