Montpellier. Fichage ADN. La juge et le délit d’opinion

Fichage d’un militant syndical : que fait la présidente du tribunal de Montpellier? (Montpellier journal)

Giorgos, militant à la CNT, a été condamné le 22 septembre 2009 à
un mois de prison avec sursis pour refus de prélèvement ADN. Cinq mois
plus tard, la décision des juges ne lui est toujours pas parvenue. Son
avocat s’interroge : les motivations du jugement seraient-elles
difficiles à rédiger ?

Le raisonnement de la représentante du ministère public est le
suivant : si le militant refuse qu’on prélève son ADN, c’est parce qu’il
est anarchiste et un anarchiste ça commet des dégradations et donc ça
ne veut pas être fiché pour pouvoir échapper plus facilement à la
police.

L’article

A lire aussi 24_02_12_Fichage_ADN.jpg

Montpellier. Contre le fichage ADN et la criminalisation du mouvement social, soutien à Giorgos !

Fichage. Les honnêtes gens au Sénat (Owni)

Communiqué du NPA. Solidarité avec Xavier Mathieu

Communiqué du NPA. Libérez Lisandru Plasenzotti

Communiqué du NPA. Relaxe et abandon des poursuites contre les militants de Greenpeace

Illustration : adn-crachezi27c3-0ede7-e15e4.jpg

Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page