Montpellier. Gestion de l’eau potable, et si on choisissait la régie directe ?

Pour commencer faisons le…point sur la situation actuelle : Montpellier. En eaux troubles (Le Point)

L’article du Point

Pour augmenter la lisibilité du texte ci-dessous, cliquer sur
l’onglet Affichage de votre ordinateur, puis sur Zoom, puis encore,
autant de fois que nécessaire, sur Agrandir. Une fois la lecture finie
revenir sur Normal.

07_06_11_Eaux_troubles_Mpl_Le_Point.jpg

A lire aussi

La position de Francis Viguié, l’élu NPA-Fase au conseil municipal de Montpellier:

« Pour la mise en régie publique de la TAM, des parkings et de l’eau.
Les fonds publics doivent servir au bien de tous et non à
financer des entreprises privées. Pourquoi laisser des multinationales
comme Veolia ou Vinci s’enrichir sur notre dos ? Les délégations de
service public sont, pour elles, une source de profit. C’est
inacceptable ! »

Tiré du compte rendu du conseil municipal du 13 décembre 2010 rédigé par Francis Viguié (à lire ici)

…………………………………………….

L’eau comme bien commun ? Un retour sur l’expérience parisienne de remunicipalisation (contretemps.eu)

« La privatisation de l’eau s’est partout accompagnée d’une montée de l’inégalité sociale »

……………………………..

Equateur : Alberto Acosta :Le
processus révolutionnaire qui a pris corps il y a plus de trois ans en
Equateur est en train de se décanter en un processus réformiste,
toujours plus timide et même contradictoire. La question de l’eau, ici
comme ailleurs, est cruciale. Son usage et son contrôle font l’objet de
discussions chez nous depuis très longtemps. Cette question a été
longuement analysée et discutée au moment de l’Assemblée constituante.
Elle a donné lieu à des affrontements entre ceux qui voulaient maintenir
la porte ouverte à la privatisation et ceux qui défendaient l’eau en
tant que droit humain fondamental.

Tiré de Equateur : Un gouvernement de rupture ? (Contretemps n°8)

………………………

L’eau n’est pas une marchandise !

Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page