Municipalité de Montpellier : quel budget pour 2013 ?



 Anne Rose Le Van et Francis Viguié, conseillers municipaux Gauche
Anticapitaliste – FASE, présentent ci-dessous leurs propositions pour un budget de gauche, rempart contre la crise et l’austérité, un budget donnant priorité au logement social et aux services publics, un budget dont l’élaboration pourrait être faite aussi avec la population. Ces priorités que nous défendons ne sont pas celles de la majorité actuelle. 




Municipalité de
Montpellier : QUEL BUDGET POUR 2013 ?
 

listelcrCual.jpeg

Depuis le printemps dernier, le
Parti Socialiste possède tous les pouvoirs, à tous les niveaux:
gouvernement, assemblées, région, département, Agglo et  ville de Montpellier… Dès lors, la
municipalité de Montpellier dispose des relais et leviers nécessaires  pour élaborer un budget  2013  qui réponde aux besoins sociaux et améliore la vie des
montpelliérains.

Malheureusement, après une
campagne politique basée sur le thème « le changement, c’est maintenant ! »,
nous constatons qu’il y a loin des déclarations à la réalité et  que la continuité l’emporte sur le
changement. La politique de réduction des dépenses publiques entraine des
coupes budgétaires pour les collectivités locales et le vote du traité  européen Merkel-Sarkozy condamne à l’austérité
permanente. Comme sous Sarkozy, nous subissons donc le gel de la dotation de l’état.

Nous refusons que les  montpelliérains  soient victimes
de ces choix politiques,  en
augmentant les impôts, comme le fait l’Agglo ou en réduisant les services
publics offerts à la population.

 

Au contraire, en période de crise, un budget de gauche doit être un
rempart contre cette crise dont les populations ne sont en rien responsables
.

Nous refusons l’austérité dont
nous voyons les conséquences dramatiques en Grèce, en Espagne, au Portugal… et
en France même avec 8 millions de personnes en dessous du seuil de pauvreté,  dont Montpellier avec ses chiffres très
hauts de pauvres. Nous ne sortirons pas de cette situation sans une répartition
des richesses, sans  entamer la
toute puissance de la finance, sans socialisation de certaines entreprises
comme Florange, sans créer  un pôle
public de la santé, de la recherche et du médicament…. Ne pas s’engager dans
cette voie,  donne le triste
spectacle d’un gouvernement qui cède à de soi-disant « pigeons » et
reste sourd aux revendications des salariés comme ceux de Sanofi .

 

Nous proposons donc un
budget véritable bouclier social contre la crise.

 Cela passe par plus de services publics, la transformation
des besoins sociaux en droits.

 

Nous faisons plusieurs propositions de choix budgétaires et financiers
différents des vôtres :

      
Nous refusons le gel de la dotation de l’état qui
est, en fait, une baisse de la dotation. Vous-mêmes, vous avez passé ces dernières
années à en dénoncer les conséquences, il n’y a aucune raison aujourd’hui de
changer de position.

      
Nous ne pouvons soutenir des dépenses de prestige. Un
projet comme la Cité du Corps Humain nécessite autour de 45 M d’euros, nous avons
voté contre toutes les dépenses déjà proposées en vue de sa réalisation. Nous
préférons budgéter cet argent sur des priorités sociales.

      
Nous refusons le doublement de l’A9,qui va couter très
cher aux collectivités locales et entrainera une hausse d’impôts, nous refusons
la nouvelle gare TGV,  et l’aménagement
urbain prévu dans la bande verte du littoral. Nous préférons voir développer le
fer-routage, le mer-routage plutôt que de voir passer quotidiennement 17.000
camions.  Nous devons préserver les
terres agricoles en vue d’une agriculture de proximité respectant les circuits
courts et le bio.

      
Nous sommes pour une régie des parkings municipaux.
La ville doit maîtriser son parc de stationnement et les tarifs pratiqués. Les
recettes, actuellement privatisées par Vinci, Effia… doivent servir à l’amélioration
des transports publics

      
Nous vous redisons notre refus de la vidéo
surveillance, inefficace et couteuse. Il est regrettable que vous restiez
sourds aux arguments développés y compris par la Cour des Comptes. Cet arrêt
permettrait une économie de plus d’1,5 M d’euros par an.

      
Depuis des années, les collectivités, dont la
municipalité de Montpellier, financent « la journée de Jérusalem capitale
d’Israël ». Vous connaissez aussi bien que nous le droit international,
les résolutions de l’ONU, le statut particulier de Jérusalem et le fait que Jérusalem
Est, est palestinien. Nous ne voterons pas cette subvention qui nie le droit
international et les droits d’un peuple. Cette attitude est de plus
contradictoire avec le vote du gouvernement français à l’ONU.

 

Nous proposons davantage de services publics :

      
Nous
devons développer le logement social
. La ville a le mérite d’atteindre
le taux de 20% exigé,  mais les
18.0000 dossiers en attente montrent l’ampleur des besoins. Il faut passer à
une vitesse supérieure et développer le logement social dans tous les quartiers
de manière équilibrée, en refusant la ghettoïsation.  70% des montpelliérains peuvent prétendre à un logement
social, notre ville est pauvre avec beaucoup d’habitants dans la précarité et
dans des difficultés financières. Le développement du logement social permet
aussi de lutter contre la spéculation immobilière et l’explosion du prix des
loyers. Une priorité doit être donnée aux quartiers populaires pour leur rénovation,
pour améliorer la qualité de l’habitat en particulier avec tous les travaux d’isolation
nécessaires.

      
Dans l’urgence
et le besoin, la réquisition des logements vides doit s’appliquer

      
Nous
sommes pour une régie publique des transports urbains
. Nous
considérons la nécessité de se déplacer comme un besoin fondamental, nouveau
droit social. La gratuité est la
meilleure façon de rendre concret ce nouveau
droit. C’est aussi une mesure sociale et écologique offrant une
alternative à la voiture individuelle. Vous allez à l’encontre des autres
collectivités, qui ont mis en place les bus  départementaux, ou les TER,  à 1 euro alors qu’à Montpellier nous sommes à 1 euro 40 le
trajet ? Même Delacroix fait une proposition d’un billet journalier à 1 euro !
Nous soutiendrons toute baisse des tarifs, tout ce qui  va vers la gratuité.

      
2013 sera
l’année d’un débat majeur sur le mode de gestion de l’eau.
L’eau ne
doit pas être une source de profit pour une multinationale. Partout le retour
en régie a permis des baisses de 30% à 50%. Nous demandons un vote du conseil
municipal au premier trimestre 2013. Nous
y défendrons le retour  en régie
publique de ce bien commun, comme l’ont fait bien d’autres villes en France.

      
L’école
publique est essentielle pour l’avenir des enfants
. Nous
devons améliorer leur accueil. Si la moyenne nationale est de 26 enfants par
classe en primaire à Montpellier nous sommes à 30. De plus, avec les nouveaux
rythmes scolaires, que va-t-il se passer pour l’accueil après cours des enfants ?
Les parents devront-ils payer à nouveau pour un temps de garde ? Comme pour les
budgets des années précédentes, nous ne voterons pas les subventions à l’enseignement
privé.

 

Les habitant-es doivent pouvoir débattre et décider

Le budget n’est pas seulement l’affaire
des conseillers municipaux. les habitants, les quartiers doivent pouvoir débattre
des enjeux  et décider sur des
points majeurs.

Le retour en régie de l’eau par
exemple  pourrait être soumis à
referendum de la population après un débat public approfondi. Le projet de
Montpellier 2040 engage un étalement urbain très important et une arrivée de
plus de 100.000 habitants ;  ce débat ne peut rester strictement au sein du conseil, il s’agit
de la ville de demain.

La mobilisation de la population
est essentielle si nous voulons sortir d’un système capitaliste en crise.
Personne ne peut croire que les possédants, le patronat, resteront les bras
croisés, leur mobilisation contre « le mariage pour tous » ou leur
insistance pour la flexibilité du travail nous en donnent des exemples. Pour
changer vraiment, les rapports de forces construits par les salariés comme ceux
de Sanofi, la jeunesse et les habitants seront essentiels pour imposer des
droits nouveaux, une autre société plus égalitaire et plus solidaire.





Francis Viguié – Anne Rose Le Van conseillers municipaux Gauche
Anticapitaliste – FASE

Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page