Compte rendu du rassemblement devant le siège du PS 34 en solidarité avec les Sans Papiers

En lien avec l’action de Sans Papiers à Lille et dans le cadre d’une action nationale, plusieurs organisations héraultaises avaient appelé à se rassembler devant le siège du PS.
 Mercredi 16 janvier 2013, 11h du matin, devant le siège du PS à
Montpellier : de nombreux représentants de la presse sont en attente. Au
coin de la rue, un car de police est stratégiquement posté. Une petite poignée
de représentants du PS, portables en mains, battent le pavé dans le froid. Une
soixantaine de manifestants remontent la rue…

 



GA34-rasssanspap16janv132.jpg


FAUT-IL MOURIR POUR AVOIR DES
PAPIERS ?

Mercredi 16 janvier 2013, 11h du
matin, devant le siège du PS à Montpellier : de nombreux représentants de
la presse sont en attente (certains journaux locaux avaient annoncé une
occupation des locaux du PS…). Au coin de la rue, un car de police est
stratégiquement posté. Une petite poignée de représentants du PS, portables en
mains, battent le pavé dans le froid. Une soixantaine de manifestants remontent
enfin la rue derrière une banderole déployée : «Liberte de circulation et d’installation » scandant « C’est pas les immigrés qu’il faut virer,
c’est le capitalisme et l’état policier !» 

GA34-rasssanspap16janv134.jpgCe sont les représentants de
plusieurs associations (Cimade, coordination des comités de soutien aux
sans-papiers, d’ailleurs nous sommes d’ici et réseaux et éducation sans
frontières) qui viennent dire leur indignation face à la nouvelle circulaire de
Valls « qui ne change rien »,
leur solidarité avec les grévistes de la faim lillois et demander des comptes
au PS local. Ils sont là avant tout pour réclamer une fois encore la
régularisation de tous les sans-papiers.GA34-rasssanspap16janv133.jpg


La façon dont est actuellement
géré ce dossier sensible ne répond pas aux attentes que les nouveaux élus – qui
se disent de gauche – pouvaient susciter. Ce qui était déjà intolérable sous
Sarkozy l’est autant sinon plus sous un gouvernement socialiste qui a annoncé
qu’il n’y aurait pas plus de 30000 régularisations par an.  
Où est le changement promis ? interrogent les
manifestants. 
Une banderole « Faut-il mourir pour avoir des papiers ?»
est placardée sur le mur du siège socialiste. GA34-rasssanspap16janv131.jpg

 

GA34-rasssanspap16janv136.jpgHussein Bourgi le nouveau premier
secrétaire de la fédération PS34, avance vers les manifestants, main tendue, il
fait le tour, serre des mains, invite diplomatiquement le groupe à enter pour
discuter tranquillement.

Mais les organisateurs ne
l’entendent pas ainsi : « Ce
que nous avons à dire peut est doit être dit publiquement ! Ce que vous
avez à nous répondre aussi. Nous attendons du PS local une prise de position
claire par rapport à ce qui se passe et aux circulaires Valls.
 »

GA34-rasssanspap16janv135.jpg 

GA34-rasssanspap16janv138.jpg« C’est pas les immigrés qu’il faut virer, c’est le capitalisme et l’état
policier 
» ; Régularisation
de tous les sans papiers !
 » scande le groupe. 

 

Les manifestants sont calmes,
dignes et déterminés.

GA34-rasssanspap16janv139.jpgSoudain, un groupe de jeunes
musiciens libertaires, sortent leurs instruments et entonnent des chants
révolutionnaires. C’est superbe et émouvant.

« Il est urgent d’opérer une rupture dans les discours sur
l’immigration 
», c’est le message que sont venus porter ces
manifestants et ils ont tenu à le faire symboliquement devant le siège du PS
pour le mettre face à ses contradictions et à ses responsabilités.

 

La GA 34 est entièrement solidaire
de cette action ainsi que des grévistes de la faim lillois. Elle milite pour la
régularisation de tous les sans-papiers.

 

C.P . pour la GA34

Réunies  à Montpellier, les associations et collectifs travaillant avec les sans papiers ont décidé une action commune de soutien aux travailleurs sans papiers en grève de la faim depuis le 2 novembre.
affiche_mfmpap-927b0.jpg

 » Deux grévistes algériens ont d’ores et déjà été expulsés manu militari vers l’Algérie. 

Devant l’urgence vitale et le blocage de la situation, nous avons décidé d’occuper le siège du PS à Montpellier mercredi 16 janvier à 11h, pour demander des comptes au parti du gouvernement et exiger la régularisation des grévistes.
Nous vous appelons à venir le plus nombreux possible pour signifier notre indignation devant cette poursuite des politiques d’immigration. La nouvelle circulaire Valls ne résoud rien pour les travailleurs sans papiers, et pas grand chose pour les autres.

Ce qui était intolérable sous Sarkozy l’est tout autant (si ce n’est plus) sous un gouvernement socialiste.
Il est urgent d’opérer une rupture dans les discours sur l’immigration ! » 

RESF, Cimade, D’ailleurs nous sommes d’ici, Coup de soleil, Coordination des comités de sans-papiers…

http://www.educationsansfrontieres.org/article45739.html
http://www.educationsansfrontieres.org/article45732.html

Communiqué de la Gauche Anticapitaliste

Sans-papiers arrêtés et réprimés : solidarité. 

Pour avoir manifesté leur solidarité avec la grève de la faim des sans-papiers de Lille, les sans-papiers de la coordination parisienne ont été arrêtés lundi 14 et mardi 15 janvier. 

Lundi 14 ils manifestaient sous les fenêtres de Manuel Valls. Mardi 15, c’était à l’occasion d’un rassemeblement place Saint-Michel. 

La Gauche anticapitaliste, membre du Front de gauche, condamne cette politique de répression à l’égard des sans-papiers.

Pendant plus de 70 jours, les sans-papiers de Lille ont mené une grève de la faim pour obtenir leur régularisation.

Le ministre de l’intérieur qui maintient une politique d’expulsion des sans-papiers dans la continuité du gouvernement de Sarkozy ne veut pas de régularisation massive. 

Les actions de solidarité qui se sont développées nationalement ont réussi à entamer l’obstination de Manuel Valls et de la préfecture du Nord.

Le préfet s’est engagé à examiner avec bienveillance les dossiers des sans-papiers. 

Soyons vigilant pour que les déclarations de la préfecture soient mises en application. 

Pour la Gauche anticapitaliste, membre du Front de gauche, la solidarité avec les sans-papiers doit se poursuivre pour leur régularisation.



Article de Midi Libre, GUY TRUBUIL

Montpellier
: les associations de sans-papiers vont occuper le siège héraultais du Parti
socialiste
  (
avenue de Saint-Maur)

Le siège
héraultais du Parti socialiste sera occupé, à partir de mercredi matin, par les
membres des associations d’aide aux sans- papiers. Cette mobilisation répond au
combat mené par des algériens à Lille. Les associations dénonce également la
politique globale du gouvernement sur l’immigration. 

Plusieurs
associations d’aide aux sans-papiers et demandeurs d’asile ont annoncé leur
intention d’occuper le siège du Parti socialiste héraultais à partir de
mercredi matin. Cette décision a été prise ce week-end, lors d’une réunion des
principales organisations de soutien aux personnes en situation irrégulière (
RESF, Coordination des comités de sans-papiers, Coup de soleil…). 
Elle devait initialement faire écho à la grève de la faim
menée à Lille, depuis novembre, par des sans-papiers d’origine algérienne. Ce
jeûne a finalement été arrêté dimanche, après que des discussions ont été
ouvertes avec la préfecture du Nord.

Pas de
changement de politique

Selon
Jean-Paul Nunez, le responsable de la Cimade, l’éventuelle issue favorable pour
les sans-papiers lillois ne change toutefois pas la situation.
« L’occupation est toujours à l’ordre du jour. Simplement, elle sera plus
tournée vers la politique globale d’immigration telle qu’elle a été déterminée
ces derniers mois », indique-t-il. Pour les associations, l’élection de
François Hollande à la place de Nicolas Sarkozy ne s’est pas traduite par un
changement d’orientation de la politique menée en matière d’accueil des
étrangers. « La nouvelle circulaire Valls ne résout rien pour les
travailleurs sans papiers et pas grand-chose pour les autres. Ce qui était
intolérable sous Sarkozy l’est tout autant (si ce n’est plus) sous un
gouvernement socialiste », écrivent-elles dans une déclaration largement
diffusée depuis dimanche. « Il est urgent d’opérer une rupture dans les discours
sur l’immigration », insistent leurs responsables, unis « dans un large
front comme on n’en avait pas vu depuis longtemps ». 

L’annonce de leur action ayant d’ores et déjà largement
filtré, les militants ne s’attendent pas vraiment à être reçus les bras
ouverts.

.


Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page