Le collectif pour une régie publique de l’eau interdit d’accès au conseil d’agglomération de Montpellier !

Jeudi 17 janvier, une quinzaine de représentants du collectif pour une régie publique de l’eau, dont un conseiller municipal de Montpellier  (Francis Viguié, GA) et un de Jacou (Thierry Ruf, EELV) ont voulu s’adresser et assister au Conseil de l’Agglomération qui  se réunissait.
Ils se sont vu refuser l’entrée par cinq vigiles privés. 
En juillet 2013, les élus de l’Agglo feront le choix entre déléguer l’eau à des entreprises privées comme Veolia, ou une régie publique. En refusant tout débat public, le Conseil de l’Agglo empêche la population de donner son avis. Le collectif 34 pour une gestion de l’eau en régie publique exige au contraire un référendum ou une votation citoyenne sur cette  question importante pour les années à venir.


GA34-rasseaupubliquemtp8.jpgLe « Collectif 34 pour une gestion de l’eau en régie publique » souhaite que les usagers de l’eau prennent la parole. Il voulait interpeller et assister au Conseil de l’Agglomération de Montpellier. 

Parmi la quinzaine de membres du collectif, il y avait deux conseillers municipaux (F. Viguié GA, Mtp et Thierry Ruf EELV Jacou). Cinq vigiles privés ont empêché les représentants du collectif d’entrer alors même qu’il s’agît d’un débat essentiel qui va engager les communes de l’agglo pour des années et pour des centaines de millions d’euros.

 En juillet 2013, les élus de l’Agglo feront le choix entre, soit continuer à déléguer les services eau et assainissement  des communes de l’Agglo à des entreprises privées comme Veolia, soit faire gérer ces services par une régie publique.

 

Extrait d’un article de Montpellier Journal à lire en ligne ici (pensez à soutenir ce site indépendant)

  

Renseignements pris auprès de Francis Viguié, conseiller municipal (Gauche anticapitaliste, Fase) de Montpellier qui faisait partie des manifestants, c’est en fait un des vigiles privés, « un gros bras », qui leur a demandé : « Qu’est-ce que vous voulez ? » Ce à quoi les manifestants ont répondu, rapporte Francis Viguié : « On veut tout. Assister au conseil et être reçus. » Mais le vigile n’a rien voulu savoir – « vous ne rentrez pas, j’ai des ordres » – même quand Francis Viguié et Thierry Ruf, conseiller municipal (EELV) de Jacou ont décliné leur statut d’élu. Et Francis Viguié de déplorer que Jean-Pierre Moure n’ait pas envoyé un de ses vice-présidents ou un collaborateur de son cabinet pour venir dialoguer avec les manifestants plutôt qu’un vigile privé.

 

En refusant tout débat public, le Conseil de l’Agglo empêche la population de donner son avis.

Nous exigeons que la démocratie vive et que l’Agglo organise un référendum ou une votation citoyenne sur cette  question importante pour les années à venir.

 

 

  vigiles.JPGLes vigiles étaient déjà lors du rassemblement du samedi 12 janvier

Communiqué du  Collectif 34 pour une gestion de l’eau en régie publique.

Comme  prévu une délégation du « Collectif 34 pour une gestion de l’eau en régie
publique » s’est présentée à 17h45 à la porte du bâtiment de l’Agglo pour informer
les élus du choix qu’ils ont à faire concernant la gestion de l’eau.
Cette délégation a  voulu ensuite assister à la réunion publique du Conseil de l’Agglo.
Il a été impossible de franchir la porte, Monsieur Moure ayant placé des agents de
sécurité privés pour bloquer physiquement l’accès  du bâtiment.
Nous ne sommes ni des excités, ni des casseurs, nous  voulions simplement,
en tant que citoyens, assister à cette réunion.
Refusant l’affrontement physique, nous avons renoncé à franchir la porte.
C’est la première fois qu’un tel procédé bafouant la démocratie est utilisé par
Monsieur Moure, qu’il sache bien que ce ne sont pas ces moyens condamnables
qui feront cesser la campagne d’information que nous menons.

       

voir aussi sur ce sujet :

communiqué du Front de Gauche Montpellier 

rassemblement du 12 janvier pour une régie publique de l’eau 

COMMUNIQUE DE PRESSE

Régie publique de l’eau. La parole aux usagers.

Depuis de nombreuses années, Veolia, Suez et Saur gèrent avec beaucoup d’opacité la production, la distribution d’eau potable et l’assainissement dans l’Agglo de Montpellier. L’Agglo a pris en charge la compétence eau pour l’ensemble de ses communes depuis 2010 mais n’a pas rompu les contrats existants entre les communes et les entreprises privées, attendant que ceux-ci arrivent à leur échéance. En 2014, 17 de ces contrats arriveront à leur échéance dont celui de Montpellier. La communauté d’agglomération de Montpellier aura donc le choix de renouveler ces contrats, choisir un autre délégataire ou  retourner en régie publique.

 

La régie publique est le seul mode de gestion qui offre l’assurance que la facture de l’usager ne sert qu’à l’entretien et à l’amélioration du service, alors que dans  la délégation du service au privé une partie de la facture de l’usager sert à rémunérer les actionnaires.

 

L’Agglo a décidé de conduire la concertation avec les usagers à travers une conférence dite de consensus impliquant en tout et pour tout 20 usagers sélectionnés par ses propres soins. Elle ne veut entendre parler ni de référendum ni de votation citoyenne. Elle ne parle pas non plus de saisir les conseils municipaux des communes de l’Agglo pour que ces derniers participent à cette concertation et donnent leur avis par un vote. Elle ne met pas clairement en débat les différents modes de gestion possibles de l’eau, soit directement en régie publique, soit en délégation à une entreprise privée.

 

Le retour en régie publique est un choix politique qu’ont fait Paris, Grenoble, Angers, Saint Etienne… Il faut également rappeler que plusieurs communes de l’Agglo se sont déjà prononcées en faveur de la gestion publique de l’eau.

Le «Collectif 34 pour une gestion de l’eau en régie publique» soutient  la régie publique à autonomie financière et personnalité morale pour les services de distribution d’eau potable et assainissement de l’Agglo Montpellier.

Il demande que le choix par l’Agglo du mode de gestion de l’eau soit mis au centre de la concertation et que celle-ci soit ouverte à l’ensemble de la population et non pas réservée à un cercle fermé d’élus et d’usagers sélectionnés par ces derniers. 

Le Collectif 34 pour une gestion de l’eau en régie publique,

constitué de Eau Secours 34, Attac Montpellier, Amis de la Terre Hérault, Greenpeace, Collectif Grand Montpellier Gaz de schiste Non merci

et ayant le soutien de EELV, FASE, Gauche Anticapitaliste, NPA 34, Parti de Gauche.

 

 

 

Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page