Région. La galère étudiante

Languedoc-Roussillon Quand on est étudiant, il vaut mieux avoir la santé ! (Midi libre)

Même quand ils en ont besoin, les étudiants hésitent à se soigner. En
cause selon une étude : le manque d’argent et l’avance sur frais.

Estelle, 19 ans, étudiante en histoire, jongle le soir entre la
révision de ses cours et la caisse d’un fast-food : « Mes parents ont
encore deux autres enfants à charge. Si je n’avais pas cette activité,
je ne pourrais pas continuer mes études. » Les soins médicaux, elle n’y
pense même pas. Surtout quand il s’agit de problèmes dentaires. Pas le
temps. Trop chers. Pas bien remboursés. « L’inconvénient, c’est qu’il
faut avancer l’argent, même quand on est affilié à une mutuelle »,
souligne Thomas, Aveyronnais, inscrit à la fac de sciences.

L’article

A lire aussi

Sarkozy contre la santé des étudiants
19_03_12_Galere_etudiant.jpg

Montpellier. Le sarkozysme appauvrit les étudiants

Montpellier. La galère des étudiants pour se loger et…étudier !

Montpellier. 60 000 étudiants pour 7000 hébergements disponibles …et 340 chambres vides !

Montpellier. Les terrains de l’EAI, 40 hectares en centre ville pour quelle politique de l’habitat et de l’aménagement urbain ?

Mobilisation contre les violences faites aux femmes / Prostitution étudiante

« Oui,
Monsieur Hollande, c’est à une rupture radicale qu’il faut s’atteler »
(la présidente de l’université Paul Valéry de
Montpellier) !

Illustration : galere‑etudiant.jpg

Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page