Régionales. Déclaration du Front de gauche Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées

Régionales. Déclaration du Front de gauche (Ensemble !, Parti Communiste, Parti de Gauche)  Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées

FDG.jpeg

Régionales. Déclaration du Front de gauche 

Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées

(ENSEMBLE !, Parti
Communiste Français, Parti de Gauche)

Lire ici en PDF Declaration_FDG_LRMP_du_24_juin_2015.pdf

Voir ici l’ensemble des articles sur la préparation des régionales

Le
24 juin 2015

Declaration_FDG_LRMP.jpg

Dernière
consultation électorale avant 2017, les élections régionales se
dérouleront en décembre dans un contexte d’austérité aggravée et
de crise politique majeure.

La
politique du gouvernement tourne le dos aux aspirations populaires,
aggrave le sort de la majorité de la population. Nous rejetons
fermement cette politique désastreuse et voulons œuvrer au
contraire à une politique qui procède d’une nouvelle répartition
des richesses, s’attaque aux profits, à la spéculation, pour
privilégier la protection sociale, l’emploi et les services publics.

Ces
élections sont convoquées en décembre 2015, au même moment que la
Conférence mondiale sur le climat de Paris. Malheureusement, cette
conférence s’annonce mal : les décideurs du monde entier préfèrent
sauver les banques plutôt que s’inquiéter vraiment du sort de
l’humanité et prendre les mesures écologiques qui s’imposent, c’est
à dire de s’engager dans une planification écologique ambitieuse
pour réorganiser radicalement nos modes de consommation et de
production.

Notre
ambition est de faire de ces élections un moment fort de sursaut
démocratique! Nous voulons contribuer à une alternative crédible
aux partis membres du gouvernement, pour de nouvelles politiques
sociales et écologiques et pour faire barrage à une droite
revancharde et à une extrême droite liberticide, xénophobe et anti
sociale.

Il
n’est pas acceptable que dans les conseils régionaux, les élu-e-s
se soumettent à des décisions prises ailleurs, au mépris de leurs
engagements politiques et des citoyens. Quand le Conseil régional
Midi-Pyrénées accepte la privatisation de l’aéroport de Toulouse
Blagnac ou la baisse des dotations de l’Etat au mépris de
l’intérêt général, c’est la démocratie qui est malade. C’est
sur cet éloignement des décisions politiques des citoyen-ne-s,
renforcé par les projets de mise en concurrence territoriale,
qu’explose l’abstention et que progresse le Front National.

Nous
voulons donc rétablir la souveraineté populaire dans les Assemblées
Régionales. Cela passe par la mise en pratique de nouveaux outils
d’implication citoyenne, de contrôle et de décision, que ce soit
dans la préparation de l’élection et tout au long du mandat.

Les
expériences de démarches citoyennes et unitaires engagées lors des
dernières départementales, tout comme « l’appel pour un
rassemblement citoyen et politique aux élections régionales »,
attestent de l’urgence de sortir du cadre exclusif des partis et
des forces organisées. Nous voulons conjuguer la force de l’unité
politique et d’un mouvement replaçant le citoyen comme acteur et
décideur. C’est ainsi que nous répondrons à la crise
démocratique, en permettant au peuple de se mettre en mouvement
comme il l’a fait lors de la campagne victorieuse du « non »
à la constitution européenne ou pendant la belle dynamique de la
campagne du Front de Gauche à la Présidentielle de 2012.

Nous,
composantes du Front de gauche, souhaitons œuvrer à une large
dynamique de rassemblement incluant EELV, des socialistes en rupture,
Nouvelle Donne et le NPA, au service d’un mouvement citoyen et
populaire pour répondre aux urgences de notre temps et en écho aux
expériences en Espagne et en Grèce.

Pour
faire vivre cette démarche, nous sommes favorables à des cadres
ouverts dans les départements, les localités ou les entreprises, et
à une structure régionale associant citoyen-ne-s et
représentant-e-s des forces politiques, sociales et associatives
pour participer à l’élaboration du projet, à la construction des
listes et aux décisions stratégiques de la campagne.

A
cette démarche inédite, nous soumettons d’ores et déjà 5
objectifs pour une région du bien-être.

1/
Agir contre l’éloignement des citoyens vis à vis des lieux de
décisions à l’échelle de la grande Région en renforçant la
démocratie et le pouvoir citoyen par la création d’outils de
concertation et de décision innovants. Une charte d’engagements et
d’éthique démocratique devra en fixer les règles. De même nous
revendiquons une politique de co-gestion de la région avec les
citoyen-ne-s. Nous serons au côté des migrant-e-s qui affluent sur
les côtes méditerranéennes pour demander le droit d’asile.

2/
Agir pour l’emploi en investissant dans les secteurs à forte
utilité sociale et écologique. Créons un fonds pour l’emploi sur
critères sociaux et environnementaux qui opère en soutien aux
industries innovantes, aux TPE/PME, aux entreprises de l’économie
sociale et solidaire, créatrices d’emplois stables et écologiques,
en facilitant leur accès au crédit. Mobilisons les fonds publics
pour créer directement des emplois utiles ou pour aider les
entreprises gérées ou reprises par des salariés (SCOP), au lieu de
subventionner, souvent d’ailleurs sans aucun contrôle, des
entreprises capitalistes. Plutôt que la compétition économique et
territoriale, bâtissons un modèle de développement basé sur
l’égalité entre les territoires, la coopération et la
relocalisation de l’économie.

3/
Agir pour la transition écologique en développant les transports
publics, en investissant massivement dans les économies d’énergie
et les énergies renouvelables, en engageant une économie
respectueuse de l’environnement et en soutenant l’agriculture
paysanne et biologique.

4/
Agir pour la défense et le développement des services publics et
leurs personnels indispensables à la qualité de vie dans nos
territoires : moratoire sur les fermetures programmées de services
ou hôpitaux de proximité, de lignes SNCF, de filières
d’enseignement professionnel; tarification sociale basée sur les
revenus et mise en place d’espaces de gratuité ; création d’un
pôle public de l’eau.

5/
Agir pour que les arts, la culture, l’éducation populaire et le
sport constituent des espaces d’épanouissement et d’émancipation,
ainsi que le premier maillon de la solidarité : stabilisation des
financements des secteurs associatifs et culturels aujourd’hui
abandonnés par les pouvoirs publics.

Front de Gauche LR-MP


Voir aussi à ce sujet : 

Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page