Unité contre le fascisme et l’extrême-droite ! Manifestation samedi 22 juin 15h Montpellier Peyrou 11h Nimes Carré d’Art

De très nombreuses organisations  (liste ci-dessous)  appellent à une journée nationale de manifestation le samedi 22 juin. A Montpellier, le RDV est à 15 h au Peyrou.       A Nîmes, le RDV est à 11h devant le Carré d’Art. 

«                          Le fascisme tue. Ensemble, combattons-le !  Le 5 juin, des militants d’extrême-droite ont tué Clément Méric, syndicaliste étudiant et militant antifasciste. Ce meurtre nous indigne et nous révolte ; il s’inscrit dans la suite de très nombreuses agressions commises par des groupes d’extrême-droite ces derniers mois. La situation exige des actes forts… »



 

voir aussi plus bas le communiqué de la GA à propos des violences homophobes et xénophobes


règles collectives pour la manifestation : Le collectif antifasciste 34 propose l’organisation suivante : Un seul drapeau par organisation, en début et fin de manifestation une prise de parole sera assurée par le collectif antifasciste 34. Si nous sommes assez nombreux-ses un parcours sera proposé avec à sa tête le collectif antifasciste 34 avec banderoles (sans drapeaux d’orga.) suivrons (sans ordre établi) les individus, collectifs, associations, syndicats et organisations politiques. Nous devons être nombreux-ses. Nous comptons sur votre participation.


APPEL NATIONAL A MANIFESTER LE 22 JUIN 


        
                Le
fascisme tue. Ensemble, combattons-le !

 

affiche_Manif_22_juin_2013.jpgLe 5 juin, des militants d’extrême-droite ont tué
Clément Méric, syndicaliste étudiant et militant antifasciste. Ce meurtre nous
indigne et nous révolte ; il s’inscrit dans la suite de très nombreuses
agressions commises par des groupes d’extrême-droite ces derniers mois. La
situation exige des actes forts, permettant de mettre un coup d’arrêt à la
propagation de ces idées et pratiques nauséabondes.

 

Dans le respect de leurs différences, de très
nombreuses organisations appellent à s’unir pour rendre hommage à Clément et
pour éliminer la haine fasciste.

 

Confortés par des partis qui reprennent des
propos et des pratiques de l’extrême droite, les groupes fascistes refont
surface. Les dernières actions contre le mariage pour tous et toutes ont été
l’occasion pour eux d’être mis sur le devant de la scène. Nous dénonçons la
banalisation du FN et de ses idées xénophobes et racistes.

 

L’exclusion, le rejet de l’autre, la fermeture
des frontières, la désignation de boucs émissaires, la dénonciation de
l’immigration comme responsable de tous les maux sont des attitudes qui,
l’histoire en témoigne, conduisent au pire. L’Etat entretient un climat
délétère en organisant des expulsions massives qui participent à la
stigmatisation des immigré-es et des Roms. Au contraire, il est nécessaire
d’agir avec détermination contre les commandos fascistes.

 

Odieux et inacceptable en lui-même, le
meurtre de Clément dépasse le drame individuel. Agressions contre les
lesbiennes, bi-es, gays et les personnes trans, contre les immigré-es et les
personnes issu-es de l’immigration, les musulman-es, actes antisémites,
violences envers des militant-es antifascistes et des organisations
progressistes, se sont multipliées dans toute la France comme à travers toute
l’Europe. Le mensonge, la haine, la violence, la mort, voilà ce que porte
l’extrême-droite, de tout temps et en tous lieux.

 

Ce n’est pas une question morale ; le
fascisme se nourrit des peurs face à l’avenir : 5 millions de chômeurs et
chômeuses, 8 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté, 3,5
millions de mal logé-es, accroissement de la précarité, conditions de travail
dégradées, licenciements, fermetures d’entreprises…  Face à l’explosion
des inégalités et aux politiques d’austérité, il faut reconstruire l’espoir
collectif en une société plus juste. La question de la répartition des
richesses que nous produisons est fondamentale. L’extrême-droite est à l’opposé
de ces valeurs.

 

Utiliser la mort de Clément serait méprisable. A
contrario, c’est honorer sa mémoire que de dire publiquement et ensemble ses
engagements syndicaux et antifascistes, et de poursuivre encore plus
nombreux-euses et déterminés-es ses combats pour la liberté et une autre société.

 

Unité contre le fascisme et
l’extrême-droite !

Manifestation à Montpellier Samedi 22 juin

rendez-vous 15h au Peyrou

 

Des
manifestations seront aussi organisées en commun dans d’autres villes.

Eradiquer
la menace fasciste nécessite un travail dans la durée et l’organisation de
collectifs locaux. Nos organisations sont différentes, mais elles ont un point
commun essentiel : le refus de l’intolérance, du nationalisme, de la
haine, et de l’exclusion ; tout le contraire de ce que veut imposer
l’extrême-droite !

 

 

Premiers signataires de l’appel national (au 14
juin) :

 

AC !,
Act Up Paris, Action antifasciste Paris Banlieue, AFASPA, AIDES, Alternative
Libertaire, APEIS, ATMF, ATTAC France, CADAC, CEDETIM/IPAM, CGT Educ’action
Versailles, CGT Educ’action Créteil, CNDF, CNT-f, CNT-SO, Collectif
Antifasciste Paris Banlieue, Collectif CIVG Tenon, CONEX (Coordination
nationale contre l’extrême droite), Collectif de Saint Denis contre le FN et
l’extrême droite, Collectif VAN, Confédération paysanne, Convergence et
Alternative, CGA, DAL, DIDF, Droits devant !!, EELV, FA, FASE, FASTI
(Fédération des associations de solidarité avec les travailleur-euse-s-
immigré-e-s), Fédération Anarchiste, FIDL, FSU, Fondation Copernic, GARçES,
Gauche Anticapitaliste, Gauche Unitaire, GISTI, Jeudi Noir, Justice et
Libertés, L’appel et la pioche, La Horde, La LMDE, Les Alternatifs, Lesbian and
Gay Pride Lyon, Les Debunkers, Les Effronté-e-s, Marche Mondiale des femmes,
Marches européennes contre le chômage, MRAP, Mémorial 98, MJCF, MNCP, NPA, PCF,
PCOF, PG, Pink Bloc Paris, Ras l’Front Marne-la-Vallée, Ras l’Front 38,
RedSkins Limoges, République et Socialisme, Réseau pour un avenir sans
fascisme, SGEN-CFDT Académie de Versailles, SLU (Sauvons l’université), SNESUP-FSU,
SNPTES-UNSA,  SNTRS-CGT, Solidaires Etudiant-Es, SOS Racisme, Sortir du
colonialisme, Syndicat des avocats de France, Syndicat de la magistrature,
UJFP, UNEF, Union syndicale Solidaires, UNL, UNSP, VISA (Vigilance et
initiatives syndicales antifascistes)…


Communiqué de la Gauche anticapitaliste. 

Il faut stopper ce climat de violences racistes et homophobes.

Ce ne sont pas des faits divers. En l’espace de quelques jours, une série d’agressions se sont produites qui dénotent un climat de violences racistes et homophobes au quotidien, matérialisé par un passage à l’acte. 

Jeudi 13 juin, à Argenteuil, une jeune femme voilée a été violemment agressée par deux individus. Battue et frappée, elle a perdu l’enfant qu’elle portait. Déjà, dans la même ville, un contrôle d’identité d’une jeune fille musulmane portant le voile avait donné lieu à des affrontements avec la police. 

Racisme à l’égard d’étudiants chinois attaqués alors qu’ils étaient chez eux, à Hostens en Gironde,  par des individus armés dans la nuit du 14 au 15 juin. Une jeune étudiante chinoise a dû être hospitalisée après avoir reçu une bouteille en pleine tête. 

Homophobie à Lyon, ville où l’extrême-droite et les groupes de néo-nazis sont actifs, à l’occasion de la Gay Pride samedi 15 juin. Plusieurs agressions ont eu lieu lors de ce défilé qui célébrait l’ouverture du mariage aux couples homosexueLEs. Des participants à cette manifestation ont été frappés.
Discrimination à l’égard des gens du voyage chassés du terrain , où ils s’étaient installés, dans un commune de Seine-et-Marne. Des élus locaux et des agriculteurs n’ont pas hésité à répandre du lisier pour les faire fuir.

Toutes ces agressions témoignent d’un climat détestable où la xénophobie, le racisme, l’islamophobie, les discriminations de toutes sortes se développent sur le terreau d’une société minée par le chômage, les inégalités, l’austérité. 

Ce climat de haine ne doit pas rester sans réponse. Le renvoi dos à dos de l’extrême-droite et de l’extrême-gauche à propos de la mort tragique de Clément Méric qui banalise la violence d’extrême-droite non plus. 

La mobilisation populaire est indispensable pour construire un mouvement antifasciste et antiraciste. Faire reculer les idées d’extrême-droite c’est bien évidemment s’attaquer à la racine des problèmes : la politique d’austérité avec un chômage galopant, une pauvreté et des inégalités qui explosent, que le gouvernement assume et que les patrons mettent en pratique. 

Il faut faire grandir l’aspiration à une société débarrassée des discriminations en tous genres, une société solidaire et respectueuse de chacun quel que soit son origine, sa religion, son orientation sexuelle.

Le 18 juin 2013.


Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page