Frêchisme pas mort, Moure continue à gaspiller l’argent public à l’Agglo de Montpellier !

Communiqué du NPA 34

La disparition de Georges Frêche aurait pu permettre un rétablissement, même partiel, de la démocratie politique et sociale. La décision de son successeur à la présidence de l’Agglo, Jean-Pierre Moure, de mener à son terme la construction des statues à Odysseum, vient rappeler que, sans surprise, le frêchisme survit à son créateur.


……………………

L’intégralité du communiqué

Georges Frêche s’était payé un caprice mégalomaniaque en finançant sur les fonds de l’Agglo la construction de statues de grands hommes. Ce que le NPA avait mis en évidence, en septembre dernier, en lui dédiant, sur la place publique, une statue de Septiman Ier. Par un jeu de miroir infantile, inadmissible à ce niveau de responsabilité politique, il s’était livré à une exaltation de soi qui se voulait en prise, grâce à ces « grands hommes » et par un puéril jeu de transfert, avec l’Histoire. Mais, par-delà ce délire narcissique, le NPA avait relevé et dénoncé le coût de cette opération pour la collectivité, 1,8 M€, alors même que des besoins criants ne sont pas satisfaits en matière de logement (rénovation de quartiers, développement du logement social) ou concernant la jeunesse. Alors même que le conseil d’Agglo venait de pénaliser la population la plus démunie par une augmentation des tarifs de la TAM avec, en particulier, le passage du forfait annuel de 370€ à 390€ !

Nous avions dénoncé, en août dernier, cette dépense …gratuite, c’est-à-dire grevant lourdement les finances publiques sans, d’une part, aucune justification sociale et, d’autre part, aucune portée culturelle, historique, légitimée par le débat public, démocratique et donc contradictoire. L’idée en effet que le rapport de la population à l’histoire passe par un hommage à de grands hommes (et, pour certains, quels hommes !), induisant qu’ils en sont les acteurs essentiels, en lieu et place des peuples, est plus que discutable.

La disparition de Georges Frêche aurait pu permettre un rétablissement, même partiel, de la démocratie politique et sociale. La décision de son successeur à la présidence de l’Agglo, Jean-Pierre Moure, de mener à son terme la construction des statues à Odysseum, vient rappeler que, sans surprise, le frêchisme survit à son créateur. C’est tout un système, hommes, femmes aussi, et structures, qui est en place et qui perpétue ses aberrations au profit d’une pseudopolitique de prestige justifiant, par exemple, jusqu’à il y a peu, c’est-à-dire un rappel à l’ordre de la Chambre Régionale des Comptes, les émoluments pharaoniques du « surintendant »( !) Koering, par la volonté de doter Montpellier d’un statut européen, voire mondial, de capitale de la « grande musique ».

Grande histoire, grande musique, le frêchisme à la Région ou à l’Agglo continue à tourner le dos à une politique de gauche orientée prioritairement vers la lutte contre la pauvreté et pour un développement culturel au profit de la majorité de la population. Tournant le dos aussi à une démocratie locale impliquant au plus près celle-ci et qui aurait pu, par exemple, soumettre au débat public l’affectation « statuaire » de ces 1,8 M€.

Le gaspillage des fonds publics annoncé par le président de l’Agglo confirme, plus que jamais, le NPA dans sa volonté d’œuvrer à l’émergence d’une alternative de gauche à cette « gauche » politiquement et socialement irresponsable.

Le 11 janvier 2011

Pour le NPA 34, Francis Viguié, élu municipal de Montpellier

A lire sur le blog du NPA 34 :

Une statue pour Septiman Ier et 1,8 M d’euros pour les plaisirs statuaires de Frêche

Frêche mort, les scandales financiers (et politiques) restent…

Georges Frêche annonce une augmentation des impôts en 2011 (Montpellier Journal)

Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page