Sécuritaire. Chasse au Rom. JP Grand ou le villepinisme comme art vertigineux de la duplicité !

[25 août : LA MÉMOIRE COURTE DE VILLEPIN mais aussi de Juppé et Raffarin (articles du Monde et de Rue 89) Voir ci-dessous/ 22 août : Bonne nouvelle, la droite locale, villepiniste (au singulier!) et sarkozyens, s’entredéchire. Montpellier. Sécurité. Domergue-Grand : ça ne va pas s’arranger… (Midi Libre)

Reste à faire fructifier cette situation vraiment à gauche, loin du villepinofrêchisme et autres renoncements socialocentristes, même agrémentés de quelques touches de Verts! (*).

(*) Sur l’intégration prochaine des Verts dans la majorité municipale montpelliéraine : https://www.resistons.net/index.php/2010/06/22/721-montpellier-le-npa-n-ira-pas-dans-la-majorite-municipale

17 août : « Le villepinisme comme art vertigineux de la duplicité ! », cela continue… mais avec des nuances sur la fermeté nécessaire … pas seulement envers Sarkozy! Voir en fin de page où, au détour d’un commentaire, nous oserons un rapprochement, a priori bien curieux, avec … Chevènement!]

Sécuritaire. Chasse au Rom. JP Grand ou le villepinisme comme art vertigineux de la duplicité !

Aujourd’hui, 15 août, le  »Midi Libre » se fend d’un article qui, malgré le balancement, très école de journalisme, entre les pour (point de vue du gouvernement et de certains maires) et les contre (associations, partis…), met bien en relief le tollé que soulève la chasse aux Roms que vient de lancer le gouvernement.

Le titre de l’article (1), à travers un jeu de mots facile mais au fond bien ajusté à la situation, « interpelle » les consciences démocratiques. Donc rien à redire,  »Midi Libre » fait l’info, sans impasse, sur les actions sécuritaires sarko-lepénisées et les protestations qui se multiplient à leur encontre.

Mais voilà que ce bon travail se trouve gâché en fin d’article par une sortie de route qui mène tout droit à l’affabulation politique !

Que lit-on en effet comme conclusion, que dis-je, comme point d’orgue du recensement des critiques adressées à l’élyséen chasseur de têtes pas très calibrées Français de souche : « Mais la charge la plus dure est venue hier soir du villepiniste Jean-Pierre Grand. Le député UMP de l’Hérault dénonce l’opération de Montreuil, « les forces de l’ordre, intervenant très tôt le matin, qui trient les familles, les hommes d’un côté, les femmes et enfants de l’autre, avec menace de séparer les mères et les enfants ».

Et de conclure : « Cette politique de démembrement des camps illégaux tourne à l’ignoble. Peut-on être un député de la République et laisser faire cela sans réagir ? »

Et voilà comment on nous vend l’alternative de droite à Sarkozy : Jean-Pierre Grand, comme son mentor, Dominique de Villepin, se positionnent (mais Alain Juppé est aussi sur les rangs !) sur l’échiquier politique en écart pleinement assumé vis-à-vis de Nicolas Sarkozy. Ils profitent du basculement sécuritaire vers l’extrême-droite de celui-ci pour accréditer qu’il existe encore et toujours cette bonne vieille droite républicaine, pétrie d’humanisme, devant laquelle se pâment parfois certains à gauche qui ont perdu les clés de leur autonomie politique (2). Comme si les gesticulations politiques d’un Grand pouvaient faire oublier que Villepin a pratiqué sans état d’âme la politique bourgeoise-libérale musclée de « baisse du coût du travail » (y compris à coup de trique policière, voir le CPE !) et que, malgré ses actuelles rodomontades antisarkozyennes et la fondation de « son » propre mouvement, il a renouvelé son adhésion à l’UMP, le parti du président !

Le journaliste de Midi Libre pouvait certes passer à côté de ces données politiques lourdes, pas très compatibles avec le balancement médiatique évoqué plus haut et la relative asepsie politique qu’il implique, mais comment a-t-il pu oublier ce que lui ou un(e) confrère/consoeur écrivait … dans son propre journal le … 4 août ? Il y a dix jours à peine, en effet, s’étalait en pleine page un tonitruant « Montpellier. Gens du voyage Le député Grand interpelle Sarkozy » (3). A première vue, nous avions là les prémices de la rudesse républicaine décochée ce 15 août au président-dérivant-extrêmement-à-droite ! La réalité c’est que, le 4 août « le parlementaire [maire aussi de la commune voisine du Crès, citée ci-après, Castelnau-le-lez] insist[ait] auprès du président sur la situation d’une occupation au Crès. » et le journaliste relevait une promptitude de sa part à réagir « aux propos de Nicolas Sarkozy sur les occupations sauvages des gens du voyage ».

Toute cette agitation était en fait un appel pressant adressé au dit Sarkozy pour « lui demander d’agir sur un cas concret : celui du « stationnement illicite de gens du voyage » sur le terrain de rugby de la commune ». Dit crûment sous la plume du journaliste « le député estim[ait] que c’[était] désormais à l’État, conformément aux engagements présidentiels, d’agir » ! Dit encore plus crûment, il fallait que la police expulse ces occupants sauvages d’une aire d’une commune de sa circonscription ! Et la conclusion de l’article mettait bien en évidence que Grand se soumettait, par là, aux desiderata de celui que sa démarche intronisait comme son maître politique du moment : « Reste à savoir si le député maire UMP de Castelnau-le-Lez sera entendu par l’Élysée ? » !

Résumons-nous : entre le 4 août (retournement réactionnaire du souvenir d’une grande nuit consacrée révolutionnaire), et le 15 août, émouvant jour marial, il s’est produit un miracle. Le député de l’Hérault, ayant, dans un premier temps, répondu sarkozyennement-anti-gens-du-voyage-à-expulser, à la demande de certains de ses mandants, a redécouvert qu’il était aussi (avant tout?) un élu villepinesque et donc (!) humainement préoccupé par l’expulsion de Roms dont, il est vrai, on ne sait plus s’ils sont gens du voyage français, comme ceux du Crès, ou étrangers sédentarisés, à moins que ce ne soit l’inverse… Précisons enfin que, si on lit bien, l’indignation actuelle de notre Grand député vise l’expulsion de Roms … de Montreuil ! Parler des expulsions en cours à Montpellier ou de celle demandée hier au Crès pourrait en effet virer au triple saut politiquement périlleux !

Nous retournerons en conclusion l’interrogation que notre homme énonce ce jour : « Peut-on être un député-maire de la République et dire aujourd’ hui, sans plus d’explication, ce qui contredit ce qu’on écrivait pas plus tard qu’hier? » (4)

Antoine

(1) « Ces évacuations de camps Rom qui interpellent »

Pour accéder à l’article : http://www.midilibre.com/articles/2010/08/14/A-LA-UNE-Ces-evacuations-de-camps-Rom-qui-interpellent-1345864.php5

(2) On rappellera ici, en passant, les rapports de complaisance réciproque de Jean-Pierre Grand, envers les frères ennemis de la gauche « d’adaptation« , la maire socialiste de Montpellier, Mandroux, et l’ex-socialiste président de Région, soutenu par les socialistes locaux contre la première, Georges Frêche. Le journaliste Jacques Molénat, lit-on dans Wikipedia, qualifie JP Grand de « chiraco-frêchiste » (Le Marigot des pouvoirs. Systèmes, réseaux, communautés, notables et francs-maçons en Languedoc-Roussillon, Climats, 2004 p.44)

http://www.rue89.com/2008/01/28/montpellier-bastion-socialiste-avant-tout

« [A propos de Frêche] Même ses adversaires politiques saluent sa pugnacité. Jean-Pierre Grand, maire de Castelnau-le-Lez, villepiniste affiché, affirme ainsi que « c’est un homme qui a une vraie vision des choses et avec qui il est très facile de travailler. Il retient les bonnes idées et écarte les mauvaises. Ce qui est prioritaire, c’est l’action, pas les discours. » »

http://www.la-croix.com/Une-majorite-de-Languedociens-soutient-Georges-Freche/article/2414855/4076

« 20 ans de travail en commun avec Castelnau en totale confiance et pas le moindre accrochage », a conclu Georges Frêche. Entre les deux hommes [Frêche et Grand]… que du bonheur ! »

http://castelnaulelez.blogs.midilibre.com/archive/2009/05/01/georges-freche-a-castelnau-une-visite-pleine-de-promesses.html

Il y a chez Frêche une fixation-identification au personnage de Villepin qui doit favoriser ses amours politiques avec le villepiniste castelnauvien, comme en témoigne cette exclamation tragicomique du début de l »année : « Je suis le Villepin d’Aubry: elle veut me pendre à un croc de boucher« .

http://www.lepost.fr/article/2010/01/29/1912804_georges-freche-je-suis-le-villepin-d-aubry-elle-veut-me-pendre-a-un-croc-de-boucher.html

(3) http://www.midilibre.com/articles/2010/08/04/MONTPELLIER-Le-depute-Grand-interpelle-Sarkozy-1333285.php5

(4) Soyons clairs : il va de soi que nous nous félicitons qu’un élu, y compris de droite, prenne position pour contester les mesures d’expulsion des Roms. Et du point de vue de la défense de ceux-ci, des déclarations comme celles de JP Grand, contribuent, dans l’immédiat, à discréditer et à affaiblir l’action sarkozyenne. Il n’en reste pas moins nécessaire de pointer la manoeuvre politique, sous-jacente et fondée sur la duplicité et l’opportunisme, de promotion d’une fausse alternative à Sarkozy, le villepinisme!

…………………

25 août : LA MÉMOIRE COURTE DE VILLEPIN mais aussi de Juppé et Raffarin (article du Monde et de Rue 89)

http://www.lemonde.fr/politique/article/2010/08/25/roms-villepin-raffarin-sarkozy-meme-combat_1402358_823448.html

http://www.rue89.com/2010/08/25/securite-quand-villepin-raffarin-et-juppe-etaient-sur-la-ligne-dure-163923

22 août : Montpellier. Sécurité. Domergue-Grand : ça ne va pas s’arranger… (Midi Libre)

http://www.midilibre.com/articles/2010/08/22/MONTPELLIER-Domergue-Grand-ca-ne-va-pas-s-39-arranger-1354500.php5

17 août : « Le villepinisme comme art vertigineux de la duplicité ! », cela continue … mais avec des nuances … pas seulement envers Sarkozy!

Roms Les « méthodes barbares » d’évacuation dénoncées par la gauche et les villepinistes (Midi Libre)

Entrevue avec JP Grand qui précise déjà ses propos du week end : sa fermeté n’est plus seulement adressée à Sarkozy mais aussi aux gens du voyage et autres Roms : « Il faut être ferme mais humain! ». Soyons sûrs que, suivant les circonstances, cela pourra se décliner en « Il faut être humain mais ferme. » Tout le monde saisira alors la nuance avec le sakolepénisme sécuritaire.

Rappelons-nous, il n’y a pas si longtemps de cela, mais du côté de la « gauche« , les acrobaties humanisticosécuritaires (côté humain : petites régularisations/côté fermeté : grosses expulsions) [1] d’un Chevènement, ce ministre de l’Intérieur (d’un gouvernement de « gauche plurielle« , donc PCF compris) évidemment humaniste et républicain de gôche bon teint mais à la pasquacompatibilité prononcée. Les immigrés d’alors et leurs soutiens en ont un souvenir cuisant! Allez, on précise les dates : c’était en 1997-2000. Autant dire hier…

http://www.midilibre.com/articles/2010/08/16/A-LA-UNE-La-gauche-et-les-villepinistes-avec-les-Roms-1348067.php5

[1] Chevenement en manque d’expulsions

http://osdir.com/ml/politics.activism.zpajol/1999-10/msg00130.html

……………………….

Le dossier sur les expulsions de Roms :

https://www.resistons.net/index.php/2010/08/13/762-perpignan-les-gitans-des-p-o-indignes-par-les-propos-de-nicolas-sarkozy-l-independant

16 août : Non à la chasse aux Roms (communiqué du NPA 34)

https://www.resistons.net/index.php/2010/08/16/767-non-a-la-chasse-aux-roms-communique-du-npa-34

Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page