Montpellier. Mandroux au Moyen Orient, l’héritière, malgré elle, de Frêche

L’étrange voyage d’Hélène
Mandroux en Israël et en Cisjordanie (Montpellier Journal)

3 novembre : Marine Le Pen a rencontré l’ambassadeur israélien à l’ONU (Le Monde) / 4 novembre : Israël désavoue son ambassadeur à l’ONU, qui a rencontré Marine Le Pen (Libération)


Bien que critiqué sur ses déplacements, le maire de Montpellier
s’est rendu en milieu de semaine en Israël. Son entourage s’en défend
mais l’objectif premier était d’envoyer un signe à la communauté juive
de Montpellier fâchée par un vœu pro-palestinien voté en conseil
municipal début octobre. L’édile s’est aussi rendu à Bethléem
(Cisjordanie) pour rencontrer son homologue même si la composition de la
délégation était très pro-israélienne.

L’article intégral

A lire aussi

Sur le voeu voté au dernier conseil municipal voici ce qu’écrivait Francis Viguié, l’élu NPA-Fase, dans son compte rendu :

Vœu Palestine ONU

Un vœu pour la reconnaissance de
la Palestine à l’ONU était proposé. Après avoir rappelé les diverses
résolutions de l’ONU, le vœu se terminait par la demande au gouvernement
français de voter oui au Conseil de Sécurité.

Il me semblait difficile d’en
rester là. Chacun sait qu’il faudra construire des rapports de force de grande
ampleur pour avoir la satisfaction de l’ensemble des droits du peuple
palestinien. J’ai proposé au groupe Verts-NPA-FASE un amendement en ajout au
vœu proposé au vote. Il avait pour but d’engager la mairie de Montpellier au
côté des Palestiniens. Voici cet amendement :

«  Le conseil municipal de Montpellier décide de concrétiser sa
solidarité et son soutien à l’ensemble des droits du peuple palestinien, en ce
sens il décide un jumelage avec une ville de Palestine
 »

Cet amendement a fortement
insupporté H. Mandroux qui a décidé de ne pas le soumettre au vote. Son seul
argument était qu’il était arrivé trop tard. Cet argument n’en est pas un vu
que ce même conseil a voté un règlement intérieur qui dit qu’un amendement à
une délibération ou à un vœu peut être déposé en début de séance, ce qui était
le cas. Elle a insisté en disant qu’elle refusait Gaza, qu’elle était pour le
vivre ensemble… Il est évident, comme nous allons continuer à le voir, que nous
sommes sur un sujet sensible. Pour rappel, nous avions présenté un amendement
sur Agrexco qui avait aussi été refusé.

Michel Passet (PCF) a présenté le vœu,
vœu qui avait été voté au Conseil général.

Je suis intervenu pour montrer
les enjeux de la situation, les limites d’un vote à l’ONU sans construction de
rapports de forces, la nécessité pour Montpellier de s’impliquer. Un jumelage
permet des échanges, concrétise la solidarité, rend visible à l’échelle de la
ville son implication au côté de la lutte du peuple palestinien… J’ai dénoncé
les décisions autoritaires comme le refus de traiter l’amendement présenté
alors que le règlement intérieur le permet. J’ai terminé en proposant à tous
les groupes du conseil et aux conseillers en accord avec la démarche de
jumelage de présenter un vœu commun à l’occasion d’un prochain conseil.

Les Verts interviendront pour me
soutenir et diront qu’il y a une contradiction entre proposer ce vœu et laisser
organiser sur un terrain municipal la journée « Jérusalem capitale
éternelle d’Israêl »

Pour le reste, l’ambiance était
des plus froides.

Perla Danan, pour le groupe
« société civile », membre de la majorité indiquera que le vœu doit
rester celui du Conseil Général (elle aussi refuse  l’amendement sur le jumelage). Elle dira refuser la
politisation du conflit, son utilisation. Elle déclare la liberté de vote pour
son groupe. Il est vrai que Perla Danan est aussi responsable du CRIF ;

Dufour pour le MODEM nous
expliquera que l’acceptation par l’ONU ne suffit pas, que les Palestiniens
doivent reconnaître Israël comme Etat juif, que la ville n’est pas le lieu de
débattre de géopolitique internationale, qu’il ne faut pas porter le conflit
palestinien dans cette instance. Le groupe MODEM ne participera pas au vote

Lors du vote sur le voeu, le
président du groupe socialiste Levita s’abstiendra tout comme P. Dana
présidente du groupe « société civile », des conseillers de la
majorité s’abstiendront aussi, tout comme l’UMP, le Modem ne participera pas au
vote. Nous sommes loin d’un consensus au sein de la majorité municipale. Nous
devons comprendre les abstentions comme des « contre » toute avancée
en direction du soutien aux droits du peuple palestinien.

Au vu de ce que j’ai pu entendre
et voir, pour la solidarité avec le peuple palestinien, le conseil municipal est
loin d’être à l’avant-garde. En résumé, des présidents de groupes de la
majorité municipale 3 n’ont pas voté ce vœu (PS, Modem, Société Civile) et 1
seul l’a voté (PC) .

Pour avancer sur cette question,
il faudra un engagement fort des conseillers les plus convaincus en lien avec
les associations de solidarité avec la Palestine, avec les mobilisations au
côté des Palestiniens.

Le compte rendu de ce conseil municipal

Marine Le Pen a rencontré l’ambassadeur israélien à l’ONU (Le Monde)

4 novembre : Israël désavoue son ambassadeur à l’ONU, qui a rencontré Marine Le Pen (Libération)

Le NPA et la demande de reconnaissance de l’Etat de Palestine à l’ONU

La stratégie d’Israël ? Occuper et punir (NouvelObs)

Une première : une association israélienne porte plainte contre Israel devant l’ONU (Mediapart)


02_11_11_Mandroux.jpg

La solidarité avec le peuple palestinien, une valeur très problématique chez les élus socialistes car soumise aux impératifs d’un soutien total à Israël

Photo tirée de sem25‑W‑Aubry‑Mandroux.jpg

Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page